Astuce : pour faire défiler l’historique, utiliser les flèches gauche et droite de votre clavier.

  • D’Coque :

    Une histoire comme une success story

    coque_const1

    History of the construction of the National Sports and Cultural Centre”

    Centre National Sportif et Culturel
    Historique

    coqueplanFacile d’accès depuis toutes les régions du pays et depuis les pays limitrophes, stratégiquement implanté sur le plateau du Kirchberg, à courte distance du noyau de la capitale, des centres bancaires et d’affaires, des institutions européennes et de l’aéroport international, le Centre National Sportif et Culturel de La Coque est devenu une incontournable référence, tant au Grand-Duché de Luxembourg que dans la Grande Région ou sur la scène internationale.

    Ce succès s’est construit par étapes, animé par la volonté des autorités luxembourgeoises et par le dynamisme de l’équipe du Centre. Tous ces éléments ont permis d’écrire une formidable saga dont les premières lignes remontent à 1969. Flash-back…

  • Redresser le niveau de l’infrastructure sportive luxembourgeoise

    Jusque dans le courant des années 1960, le Luxembourg est relativement pauvre en infrastructures sportives. Conscientes du problème, les autorités responsables de la politique sportive nationale décident d’élaborer un projet ambitieux permettant de classer le Luxembourg en tête des « petits pays devenus de grandes nations sportives ». Le 12 juillet 1969, le Ministre de l’Éducation physique et des Sports de l’époque, Gaston Thorn, organise une vaste table ronde. Objectif : discuter de la réalisation d’un nouveau centre sportif adapté aux exigences et aux critères les plus modernes. Ce centre est appelé à avoir un retentissement national, mais l’ambition de ses initiateurs va plus loin : il doit devenir une référence au sein de la Grande Région et sur la scène internationale. Pour cela, il doit offrir les meilleures infrastructures aux sportifs de tous niveaux – du sportif individuel amateur à l’athlète de haut niveau, en passant par les écoles, clubs ou fédérations – et permettre à l’élite sportive d’avoir les mêmes chances que ses homologues étrangers lors des grandes rencontres internationales.

    Architecture audacieuse et piscine olympique

    coque_const2

    D’entrée de jeu, une piscine olympique, un hall multisports privilégiant l’athlétisme en salle et un stade de plein air incluant différentes aires de jeu sont prévues. La conception de l’ensemble est confiée à l’architecte français Roger Taillibert qui présente au mois de février 1974 une maquette audacieuse. Son concept architectural se veut tout à la fois élégant, moderne et même futuriste. Des plans plus détaillés permettent de voir que le projet peut être conçu en deux étapes successives, priorité étant donné à la piscine olympique qui ouvre ses portes en avril 1982.

  • Une « vraie » piscine olympique !

    historique2

    À plus d’un égard, la construction de la piscine olympique a été assez difficile. En cause, notamment, des rumeurs infondées qui n’ont fait que retarder les travaux et donc l’ouverture du futur Centre Aquatique. Robert Schuler, Président du Conseil d’Administration de La Coque, se souvient : « En 1974 la construction fut mise en route, mais a du être stoppée net car la rumeur a circulé que le bassin olympique n’avait pas les 50 mètres requis. Ceci devait s’avérer être une intox. Le bassin avait bel et bien la dimension règlementaire et précisément le 14 avril 1982 la piscine olympique a été inaugurée ».

    Le succès est immédiat : depuis son ouverture, la piscine et ses infrastructures annexes désormais regroupées au sein du Centre Aquatique (cabines de sauna, bain turc, plages solaires avec solariums individuels, aire gazonnée de repos et de bronzage en plein air, vestiaires, …) accueillent chaque année près de 400.000 sportifs.

    Le Centre Aquatique sous l’œil de Raphaël Stacchiotti, Champion luxembourgeois de natation

    « Grâce à la natation, j’ai eu l’opportunité de voyager à travers le monde entier et je peux affirmer en toute honnêteté que la Coque est un des meilleurs centres sportifs de toute l’Europe, voire même du monde. Toutes les disciplines sportives peuvent se combiner, ce qui représente une chance dont très peu de sportifs sur terre peuvent profiter. La Coque a cette très grande qualité de pouvoir offrir pratiquement toutes les disciplines sportives. On y retrouve beaucoup de sites différents tels que halls, pistes de course, 2 piscines, même un centre de détente avec sauna et tout ce dont on a besoin pour bien récupérer, une salle de musculation, bref tout ce dont on peut rêver. Nous avons affaire également à un service de qualité que l’on ne trouve nulle part ailleurs et c’est sans aucun doute très profitable pour les sportifs … ».

  • 1985 : la deuxième phase du projet démarre !

    Les circonstances économiques étant ce qu’elles sont, ce n’est qu’en 1985 qu’est envisagée la seconde tranche des travaux, centrée autour d’un hall multisports. De projets en projets, la priorité est finalement donnée à un ensemble multifonctionnel et polyvalent devant être développé sur le plateau du Kirchberg. Cette nouvelle approche se veut particulièrement ambitieuse : elle prévoit que les infrastructures donnent la priorité à la pratique sportive, mais qu’elles doivent aussi devenir une destination culturelle de premier plan et un centre de congrès d’importance.

    historique_arena

    Les multiples prises de position et les priorités spécifiques aux divers intervenants intéressés par le projet, ainsi que les réorientations urbanistiques touchant le plateau du Kirchberg, retardent la concrétisation du projet en dépit de l’insistance du Comité Olympique et Sportif Luxembourgeois – COSL qui insiste sur une réalisation rapide du Centre et qui invoque à plusieurs reprises les incidences que celui-ci peut avoir sur les progrès dans le domaine de la compétition sportive des équipes et sélections nationales.

    La Coque et le COSL

    Très vite, le Comité Olympique et Sportif Luxembourgeois – COSL a mis l’accent sur la nécessité d’aboutir à une réalisation rapide et optimale du Centre National Sportif et Culturel. Quelques années après l’ouverture du Centre, André Hoffmann, Président du COSL, tirait déjà un premier bilan extrêmement positif et encourageant, notamment pour les athlètes de haut niveau : « La Coque a ouvert la brèche dans notre façon d’aborder l’entraînement avec nos athlètes et également dans le domaine de l’organisation des manifestations sportives. À tout moment de la journée, nos athlètes cadres peuvent accéder librement aux infrastructures et à la salle de musculation. Par ailleurs, les infrastructures de la Coque permettent aussi de
    bénéficier d’un encadrement physiothérapeutique grâce au cabinet de kinésithérapie afférent au centre… ».

  • C’est finalement en 1996 qu’un projet final est retenu : la loi du 2 mai de cette année autorise la construction d’un Centre National Sportif et Culturel à Luxembourg-Kirchberg à concurrence d’une somme de 2,5 milliards de francs (soit près de 62.000.000 d’euros). Un appel à candidatures pour la réalisation du Centre est lancé et les travaux débutent officiellement en décembre 1997 : symbolique et porteur d’espoirs, le premier coup de pelle est donné en présence du Ministre des Travaux publics, Robert Goebbels, et du Ministre des Sports, Georges Wohlfart.

    L’audace architecturale vue par l’ancien ministre Claude Wiseler

    claudewiseler

    En tant que Ministre du développement durable et des Infrastructures, Claude Wiseler a été sensible non seulement aux multiples vocations de La Coque, mais également à son esthétisme et à l’audace architecturale qui la caractérise : « La Coque a été un projet qui a suscité la discussion. Son architecture est très spéciale : 4 grandes coques, du béton armé précontraint et une partie de la construction en bois. La question se posait si une telle architecture avait sa raison d’être pour une
    grande arène sportive. Aujourd’hui il est évident, lorsque l’on regarde le bâtiment de l’extérieur, que nous avons à faire à une construction exceptionnelle qui se remarque même en passant en voiture. À l’intérieur aussi le bâtiment est hors normes, avec ses formes inattendues qui accrochent le regard : des formes chaudes et sympathiques. C’est pourquoi son succès ne m’étonne pas. La Coque a su trouver sa place architecturale au sein du Kirchberg… ».

  • Établissement public

    Parallèlement au commencement des travaux, il y a l’élaboration d’un projet de loi qui a pour objectif la création de l’établissement public appelé à gérer le Centre. Le souci est de pouvoir prendre en considération les vocations multiples (sportives, culturelles, événementielles, …) attribuées à la nouvelle infrastructure destinée à pouvoir accueillir simultanément ou de manière complémentaire un large éventail d’évènements, activités, stages, entraînements, compétitions, …En outre, le nouvel établissement public en devenir doit aussi inclure la piscine olympique.

    historique_public2

    Le 29 juin 2000, une loi crée l’établissement public, lui attribue une personnalité juridique, détermine le complexe sportif devant être exploité et fixe les missions de gestion selon les différentes vocations des installations : sportives, culturelles, congressistes, hébergement et restauration, …

    La loi du 29 juin 2000 organisant le Centre National Sportif et Culturel précise que « le Centre a pour mission de gérer l’ensemble des installations au titre :

    • de leur prioritaire vocation sportive dans l’intérêt des activités des fédérations sportives, du sport scolaire, de manifestations sportives de tout genre, ainsi que de la natation compétitive et récréative;
    • de leur vocation culturelle pour le déroulement d’événements et de spectacles susceptibles d’attirer un grand public;
    • d’une vocation accessoire à caractère congressiste;
    • des possibilités et disponibilités de séjour, d’hébergement et de restauration ».

    Un temple dédié au sport et à la culture

    Dès son ouverture, le Centre National Sportif et Culturel se positionne d’emblée comme un véritable « temple dédié au sport et à la culture » niché au sein d’un immense bâtiment de 60.000 m2 caractérisé par des formes arrondies et harmonieuses. Entre cette période et aujourd’hui, il n’a eu de cesse d’évoluer afin d’offrir aux sportifs, aux inconditionnels du bien-être, aux entreprises, aux amateurs d’évènements d’envergure et même aux gastronomes une palette toujours plus large de possibilités.

    La Coque favorise le sport des élèves luxembourgeois

    Parmi ses multiples missions et priorités, la Coque se donne aussi pour objectif de favoriser l’accès des élèves luxembourgeois à des infrastructures sportives de qualité. Très vite, les écoles se rendent compte de la formidable opportunité représentée par le Centre et commence à le fréquenter assidument. Quelques chiffres très évocateurs : plus de 150.000 élèves visitent La Coque chaque année ; près de 380 classes s’entraînent chaque semaine au Centre ; La Coque met à la disposition des écoles près de 14.000 espaces par an.
    Patrick Schirtz, professeur d’éducation physique, confirme d’ailleurs avec enthousiasme tout l’intérêt du centre : « Le climat de travail avec le personnel de la Coque est très bon… Les élèves préfèrent évidemment travailler dans une salle neuve et spacieuse, plutôt que dans une salle vétuste, datant d’avant-guerre… À la Coque nous avons un dojo, une salle de tennis de table avec 20 tables fixes et pour lesquelles il n’est pas nécessaire de faire de mise en place. Par ailleurs nous profitons d’une salle énorme qui est multifonctionnelle et nous y pratiquons de tout, du basket en passant par le volley, la gymnastique et bien plus… Mais ce ne sont pas que la beauté, la superficie des salles ou l’état neuf et moderne du site qui motivent les élèves, c’est surtout la multitude des activités offertes … ».

  • Dans le cadre de cette évolution constante et de cette volonté délibérée d’offrir au public des infrastructures toujours plus diversifiées, modernes et attrayantes, La Coque propose dès 2008 un nouveau Centre de Détente réparti sur deux étages.

    historique_cdd

    Au Niveau 0 se situent les vestiaires, les wc, les douches, le bar, le hammam, le tepidarium, un whirlpool (8 pers.), les bassins chaud et froid, les douches à thèmes, 3 zones de relaxation, la cabine à neige et les bains de pied. Sans oublier, bien sûr, les magnifique saunas : un sauna finlandais moderne (20 pers. – 90 °C), un sauna finlandais rustique (26 pers. – 90 °C) et le bio sauna (20 pers. – 70 °C). Au Niveau 1, se trouvent les 3 solariums, l’espace fitness, la zone de relaxation de la piscine et une terrasse intérieure avec vue piscine, ainsi que des wc. Bref, des installations très complètes qui répondent idéalement aux attentes et aux besoins d’une large clientèle privilégiant le bien-être.

    À peu près dans le même temps, le Centre Aquatique fait peau neuve après plusieurs mois de travaux. Dès sa réouverture, le public peut constater avec plaisir qu’il offre encore plus de possibilités et de plaisir qu’auparavant. Entièrement réaménagé et modernisé, il dispose désormais d’un bassin de compétition aux dimensions olympiques de 50 mètres d’une tour de plongeon (1m, 3m, 5m, 7,5m, 10m), d’un bassin d’initiation, d’un whirlpool, d’une pataugeoire, de solariums, d’une salle de fitness et d’un espace de relaxation.

    Le Centre Aquatique accueille des compétitions de haut niveau

    Les infrastructures du Centre Aquatique de La Coque sont telles qu’il a accueilli de fort nombreuses compétitions de très haut niveau, tant au niveau national qu’international. Impossible de dresser ici la liste de tous ces évènements, mais on peut notamment mentionner : le Championnant National Haut Vol FLNS, le Championnat National Tremplin 1 m., le Championnat National Tremplin 3 m., les Championnats Nationaux de Natation, le CIJ-Meet / natation, l’Euro Meet / natation, le Championnat National de sauvetage, le Tournoi International de Plongeon, la Journée Nationale de Natation, le Championnat d’Europe juniors de Natation, … et bien d’autres évènements renommés encore.

    En plus de ces bassins ouverts au public, le Centre Aquatique comprend également un bassin sport et santé réservé aux cours aquatiques, un bassin d’entrainement aux dimensions olympiques de 50 mètres réservé aux fédérations sportives et aux écoles, ainsi qu’une fosse de plongée accessible uniquement via le club de plongée et accompagné d’un moniteur en possession du diplôme adéquat.
    Complémentairement, les sportifs disposent aussi de 8 vestiaires collectifs (pour groupes, clubs, écoles,…), de nombreux vestiaires individuels, des armoires adaptées aux besoins des différents publics, 2 blocs de 23 douches, 2 combinés WC / douches pour handicapés, d’un espace-repos avec distributeurs de boissons et de la petite restauration (des snacks sucrés ou salés, ainsi que des sandwiches maison).

  • Ce qu’en a dit Romain Schneider, Ministre des Sports

    RomainSchneiderEn 2012, à l’occasion des 30 ans du Centre Aquatique et des 10 ans de La Coque, le Ministre des Sports de l’époque, Romain Schneider, confirmait le succès de Centre National Sportif et Culturel. Il déclarait notamment : « Il est clair que la Coque est une « success story ». On est parvenu à proposer sous un même toit aussi bien des compétitions sportives que des séances d’entraînement. De plus, il y règne une excellente cohabitation entre le sport et la culture, où le sport reste bien entendu prioritaire… ». Et d’ajouter : « …La Coque a connu un développement considérable… Je suis d’avis qu’il s’agit d’une formidable plateforme qui permet de rassembler toutes les générations et catégories de personnes qui soit font du sport de compétition, soit viennent pour pratiquer le sport scolaire ou soit utilisent les infrastructures diverses de façon récréative. Il s’agit donc d’un endroit où se croisent les grands sportifs tout comme ceux qui ont une envie ponctuelle… ».

     

    Sport et entreprises : des solutions business uniques en leur genre

    Profitant de la qualité et de la diversité des infrastructures sportives, misant aussi sur les nombreux espaces disponibles et le professionnalisme d’une équipe entièrement tournée vers la satisfaction de tous les types de clientèles, les responsables de La Coque ont rapidement envisagé l’étude d’offres spécifiques et originales à destination des entreprises luxembourgeoises et étrangères.

    Cette volonté de se tourner également vers le monde entrepreneurial date en réalité de la conception même du Centre. Dès le départ, en effet, les architectes en charge du dossier ont immédiatement songé aux possibilités qu’un tel site pouvait offrir aux sociétés commerciales. Ils ont donc d’entrée de jeu prévu d’équiper le Centre de fort nombreux espaces de travail et événementiels de tailles et d’ambiances très diversifiées afin de pouvoir répondre à la demande la plus large possible : depuis les salles de formation ou de réunion tout à la fois compactes et bien équipées, jusqu’aux espaces les plus majestueux qui ont tour à tour pour noms « Amphithéâtre » (un auditoire de 200 places assises), « Arena » (un espace événementiel de plus de 4.300 m2 pouvant accueillir jusqu’à 8.300 personnes), « Les Arcades » (qui s’enroulent autour de l’« Arena » sur plus de 4.200 m2), « Galerie » (un espace modulable de 840 m2), « Espace Polyvalent » (un espace largement ouvert sur l’extérieur pouvant accueillir de 1.000 à 10.000 personnes selon la configuration choisie), ou « Gymnase » (qui accueille jusqu’à plus de 1.800 personnes sur 1.240 m2).

    Bien que dotés de personnalités très marquées, tous ces espaces ont cependant un point commun : ils bénéficient tous d’équipements technologiques de pointe et d’une exceptionnelle modularité. Ils peuvent donc accueillir, en fonction de leur superficie et des configurations, des évènements entrepreneurials aussi variés que des séminaires, colloques, assemblées, conférences, présentations de produits, workshops, foires et salons professionnels ou grand public, fêtes d’entreprises, galas, cocktails, …

    Cette offre en salles et espaces se complète par un programme de « solutions business » tout à fait originales et probablement uniques en leur genre au Luxembourg. Très vite, en effet, les responsables du Centre ont voulu proposer aux entreprises de toutes tailles des solutions de « team building » qui consistent en la conception et la réalisation d’activités ludiques et sportives destinées à développer ou créer des compétences au sein d’un groupe, à améliorer sa cohésion ainsi que les conditions de travail. Ce concept se donne aussi pour objectif d’apprendre aux collaborateurs d’une entreprise à mieux se connaître et à connaître leurs collègues en-dehors du contexte professionnel, à améliorer ou créer des liens, à développer l’esprit d’équipe et d’entreprise, à faciliter le travail en groupe ou, le cas échéant, à apaiser les éventuels conflits internes.

    Le résultat ne s’est pas fait attendre. Très vite, les entreprises luxembourgeoises et étrangères se sont laissé séduire par cette offre originale à plus d’un titre. Après plusieurs années de prestations « entreprises », le Centre National Sportif et Culturel peut présenter une très large liste de références, au sein de laquelle on retrouve de nombreux grands noms du monde entrepreneurial luxembourgeois et européen.

  • Que le spectacle commence !

    Si la priorité a toujours été accordée à la pratique sportive sous toutes ses formes, la volonté initiale des autorités a aussi été de permettre à La Coque de se transformer en un véritable écrin culturel, appelé à accueillir des manifestations renommées et souvent de très grande envergure.

    historique_spectacle

    Une diversité saluée par l’ancienne ministre Anne Brasseur

    Brasseur_AnneMinistre des Sports de 1999 à 2004, Anne Brasseur saluait déjà à l’époque la vocation plurielle du Centre National Sportif et Culturel. Tout en soulignant la priorité accordée à la pratique sportive, elle mettait également l’accent sur les autres possibilités et prestations offertes par le Centre, notamment en matière culturelle. Elle a notamment déclaré : « La Coque a beaucoup de parents, et cela a mis pas mal de temps pour mettre ce bébé au monde. J’ai eu le grand plaisir de pouvoir assister à sa naissance et de pouvoir l’épauler pour ses premiers pas… La Coque est une infrastructure formidable qui se doit d’être exploitée au maximum. Lorsque des manifestations culturelles sont organisées à la Coque, cela attire un public différent, et c’est très important. Bien entendu le sport doit rester prioritaire, comme c’est le cas actuellement, mais je trouve également très positive la diversité qui est offerte par la Coque… ».

    En matière événementielle et culturelle, la vocation de La Coque a toujours été d’accueillir les plus grands évènements plutôt que de les concevoir, les mettre sur pied et les réaliser. La volonté des responsables du Centre a également été d’offrir au public luxembourgeois et international un très large éventail de manifestations agréablement diversifiées, répondant aux attentes et aux désirs de publics fort différents. En résumé, on peut dire que le mot d’ordre a toujours été « une très grande diversité pour répondre à tous les goûts et toutes les attentes ».

    C’est ainsi que, tout au long de son histoire, La Coque a accueilli d’innombrables et mémorables concerts. Sur scène, se sont succédées des stars telles que Garou, Charles Aznavour, Renaud, Elton John, Bryan Adams, James Last, Michel Sardou, Joe Cocker, BB King, Udo Jürgens, Chris de Burgh, Patricia Kaas, …

    Par ailleurs, La Coque a aussi accueilli des spectacles extraordinaires qui ont toujours attiré un public aussi nombreux qu’enthousiaste : le Military Tattoo, le Ballet Maurice Béjart, le spectacle de magie de David Copperfield, le Festival Mondial de Folklore, l’École Andalouse d’Art Équestre, le Cirque de Moscou sur Glace, Abba Mania, …

    Enfin, La Coque est aussi, depuis ses origines, le cadre aussi original que prestigieux de fort nombreuses soirées hors du commun : si la « Night of the Proms » est devenu un rendez-vous annuel incontournable, il faut aussi évoquer la « Nuit de l’Opéra », une soirée organisée en l’honneur de Dalai Lama, d’innombrables dîners spectacles, les Harlem Globetrotters, …

  • Cap sur l’avenir !

    Avec largement plus de 11 millions de visiteurs, fort aussi du succès remporté par les plus grandes manifestations sportives ou culturelles, le Centre National Sportif et Culturel peut d’ores et déjà tirer un bilan extrêmement positif de son histoire. Au bout de plus de 30 ans d’activités du Centre Aquatique et de 10 ans de prestations au sein de La Coque, le complexe du Kirchberg a largement répondu à sa vocation plurielle et a réussi à remplir l’ensemble de ses missions.

    historique_foule

    Aujourd’hui, légitimement fiers de ce succès, toute l’équipe du Centre National Sportif et Culturel peut envisager l’avenir avec un enthousiasme et un dynamisme sans cesse renouvelés.

    Pour le Centre National Sportif et Culturel de La Coque, pas de doute : l’histoire continue !